Marketing alimentaire agressif : enfants, victimes innocentes

Les publicités alléchantes pour les produits malsains mettent en danger la santé des jeunes

Bonbons, gâteaux, boissons, yaourts, céréales…Foodwatch tire la sonnette d’alarme. L’association dénonçe un marketing agressif qui incite les plus jeunes à consommer ces produits. Cette surexposition entraîne des habitudes alimentaires néfastes pour leur santé. L’enquête de Foodwatch a analysé 228 aliments et boissons ciblant les enfants et les adolescents, et le constat est clair : la majorité de ces produits ne respectent pas les critères nutritionnels de l’OMS. Les industries agroalimentaires utilisent des stratégies marketing pour encourager la consommation de ces produits assimilés à la « malbouffe ».

Les emballages colorés et ludiques, mettant en avant des mascottes adorables, sont conçus pour attirer l’attention des enfants

Les propriétés sensorielles attrayantes, telles que le goût, la forme et la couleur, ajoutent à l’attrait de ces produits. Des cadeaux sous forme de jouets ou de figurines sont offerts à l’achat, incitant ainsi les enfants à les demander à leurs parents. Les opérations commerciales en partenariat avec des influenceurs, des stars ou des athlètes célèbres auprès des enfants renforcent encore l’attrait de ces produits. Sselon Foodwatch, les enfants sont vulnérables à ces stratégies marketing car ils manquent du recul critique nécessaire pour distinguer un contenu informatif d’un contenu commercial.

L’association Foodwatch dénonce les techniques de ventes douteuses utilisées par les géants de l’agroalimentaire tels que Nestlé, Ferrero, Mars, McDonald’s, Burger King et Danone.

Trois campagnes publicitaires en particulier ont attiré l’attention de l’association. La première concerne l’Oasis Tropical, une boisson très sucrée appréciée des enfants, mettant en scène le rappeur Jul. La deuxième vise le monde du gaming avec la marque Monster Munch, très populaire chez les adolescents. Enfin, la marque Pitch (Pasquier) propose des espaces de jeux sur les plages françaises. Selon l’association, les mesures actuelles, comme les messages sanitaires intégrés aux publicités télévisées, sont insuffisantes.

Réglementer la publicité des produits

Selon Foodwatch : « seulement 2 céréales pour petit-déjeuner sur 10 sont considérées comme suffisamment équilibrées pour être commercialisées auprès des enfants ». Plus de 60% des céréales ont toutefois satisfait aux critères nutritionnels de l’EU Pledge. L’association exhorte donc les autorités publiques à interdire la commercialisation de produits destinés aux enfants qui ne respectent pas les critères de l’OMS. Elle demande également au gouvernement de réglementer strictement la publicité des produits ciblant les enfants et de ne plus se cacher derrière les engagements volontaires de l’industrie alimentaire.

A lire également