Google, Meta, Amazon, Netflix et Akamai monopolisent le trafic internet en France en 2022

Selon une étude de la Fédération française des télécoms, la consommation de données des Français pourrait être multipliée par 6 sur les mobiles et par 5 sur les lignes fixes haut débit d’ici 2030, grâce au streaming vidéo et aux réseaux sociaux.

La consommation de données sur internet en France continue de croître de manière exponentielle, selon une récente étude. Les utilisateurs mobiles pourraient atteindre une moyenne de 89 Go par mois, tandis que les foyers utilisant une ligne fixe haut débit pourraient consommer jusqu’à 1 035 Go par mois. Cette augmentation de plus de 20% par an est largement due à cinq grands acteurs américains : Google, Meta (Facebook, Instagram), Amazon, Netflix et Akamai, l’opérateur de serveurs utilisé par de nombreux sites web.

En 2022, ces acteurs représentaient à eux seuls 54% du trafic internet français, et même 80% en heure de pointe. Ils encouragent également la consommation de données en développant des fonctionnalités telles que l’autoplay et le préchargement des publicités. Pour répondre à cette demande croissante en bande passante, les opérateurs télécoms ont investi massivement dans leurs réseaux, dépensant près de 14,6 milliards d’euros en 2022, soit presque autant que leur record de 2021. Ces investissements dépassent même ceux réalisés dans le réseau d’électricité ou dans le réseau ferré, soulignant ainsi l’importance accordée à l’infrastructure numérique.

Les investissements dans les réseaux fixes et mobiles en France ont atteint des sommets, avec 10,8 milliards d’euros dans les réseaux fixes et 3,8 milliards dans les réseaux mobiles.


La 5G est en plein essor, avec plus de 10 millions de Français l’utilisant d’ici fin 2023, et plus de 84% des locaux étant éligibles à la fibre. Cependant, la Fédération met en garde contre l’impact environnemental croissant du numérique, qui pourrait représenter 6,7% de l’empreinte carbone de la France d’ici 2040. Les opérateurs ont pris des mesures pour réduire leur empreinte carbone, en augmentant la part des énergies renouvelables dans leur mix énergétique et en favorisant les téléphones reconditionnés.

A lire également